MARATHON CLUB DU GRAND CENTRE

             "Des pigeons d'exception pour des hommes de passion"

French Afrikaans Albanian Arabic Armenian Azerbaijani Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Filipino Finnish Galician Georgian German Greek Haitian Creole Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Irish Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Macedonian Malay Maltese Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swahili Swedish Thai Turkish Ukrainian Urdu Vietnamese Welsh Yiddish

C’est à 20h49’32’’ le lundi 12 juin 2017, après 822 km majoritairement navigués en solitaire, que le 6012/11 de Franck Pouzet passe la plaque électronique de son colombier. Second marqué de l’équipe de 2 voiliers enlogés par son propriétaire sur le premier opus du contre-la-montre organisé par le MCGC, il avait été lâché comme 4ème équipe, à 06h20’ le matin même depuis Nijkerk, en Hollande.

Ce parcours, bouclé à un peu plus de 945 mpm, lui vaudra d’être le tout premier vainqueur sur Nijkerk, lâché en contre-la-montre.

 IMG 20171021 144305 1

Voyage solitaire, arrivée solitaire

Ce n’est pas un public étoffé, en délire, qui accueillit le courageux voilier. Même si les pigeons envoyés étaient des pointures, le but était de jouer pour participer, la colonie ‘grand fond’ étant en phase de construction. Le tandem composé par Franck Pouzet et Nathalie Laforge est des plus occupé, et la boule de plume au sens de l’orientation super aiguisé arriva dans le plus strict anonymat à son casier, heureusement enregistré par le système électronique. C’est Nathalie qui passa voir au colombier un moment après, et pu annoncer à Franck, encore en pleine activité, la bonne nouvelle. C’est à son retour plus tard dans la soirée, que notre ami, le tracteur enfin lâché, pu savourer cet exploit. 4 pigeons du contingent engagé sur cette course ont pu rejoindre leurs pénates le soir même, ce qui est finalement plutôt très bien, vu le type d’épreuve, avec des oiseaux libérés par équipe de deux, à plus de 7-800 km de chez eux.


Pigeon d’expérience, mais aussi As pigeon

La lecture du résultat a clairement montré que les pigeons d’expérience se sont taillés la part du lion. A 6 ans, on douterait que notre bête, vainqueur du jour, puisse être sans expérience, chose confirmée par le maître des lieux. Le 6012/11 a vraiment auparavant gagné sa croûte : les choses n’avaient pas débuté en fanfare, avec un seul prix en jeune, mais sur le dernier enlogement et donc la plus longue distance, il avait alors marqué un petit point. Il s’affirmait ensuite avec un titre d’As yearling, et a engrangé au cours de sa riche carrière la bagatelle d’au moins 4 titres d’As pigeons (fond, toutes distances), en club et en groupement. Auteur de 88 prix, il a, à ce jour 14 300 km-prix au compteur, et fini sa brillante carrière avec cette éblouissante victoire.

Malgré son élogieux palmarès, il est parti comme second marqué, Franck lui ayant préféré un pigeon de 5 ans (46108/12), lui aussi As pigeon, mais doté d’origines plus spécifiques de grand fond (Billaud E. par le père et des ‘Napoléon’ de Franck par la mère, ceux-là même qui lui ont donné le 1er Nal Wedemark). Considéré comme pigeon de fond d’un jour, un peu juste donc pour Assen et Osnabrück (950 km pour notre ami), ce voilier devait pouvoir être allongé sur les 822 km de Nijkerk. Son père est un croisement des origines Videau J. (FR) et Bourlard (B). Sa mère est une Collard F. (B), sœur de 1er provincial La Châtre, 2ème prix Jarnac, etc. On ne saura jamais s’il aurait pu faire l’exploit sur 950 km, mais nous pouvons assurer qu’il est à même de boucler un plus de 800 km à moins de 1000 mpm, qui plus est en solitaire.

IMG 20171021 144316 1

Le premier marqué du tandem, lui aussi un valable parmi les bons, s’est fait officialisé le lendemain à 9h07’, bon pour une septième place du classement, donnant à notre ami l’opportunité de faire un 2/2 sur cette sélective épreuve. Il ressort de ceci une chose logique, où sont enlogés pour cette épreuve spéciale des pigeons ayant déjà prouvé qu’ils sont capables de faire la différence. Le résultat est là.


Retraite salvatrice

Un homme averti en vaut deux, et d’averti, notre coulonneux l’est devenu par la force des choses. On apprend certainement plus de nos erreurs que de nos victoires. La perte d’un As fond national est, on peut le dire une erreur qui vous marque durablement, même si ceci date des années 2005. Laisser une telle perle se promener dans les airs peut en effet se révéler une erreur grossière. Ceci, vous ne le réalisez par contre qu’après coup, quand vous ne retrouvez de votre As national qu’une carcasse dépouillée par un couple de rapace. Il ne vous reste alors plus que la bague pour la photo proposée par la FCF, vous n’avez plus que vos regrets, mais l’affaire est close, la messe est dite, et elle fait durablement mal.

Dorénavant, de tels voiliers sont directement mis à l'abri pour assurer l’avenir de la colonie. Comme le dit si justement Franck, on prête une grande attention à des pigeons incertains achetés fort cher et on néglige des voiliers de valeur, adapté à notre jeu ; à méditer… Ici, l’élevage se fait maintenant essentiellement à partir des As pigeons.

IMG 20171021 144149 1

Les installations, la colonie

Les pigeons de jeu sont logés dans un bâtiment agricole, et disposent d’un très vaste volume d’air, au sec. Les casiers, étalés sur un bon 15 mètres dans la longueur du bâtiment, sont devancés d’un large couloir. Dans l’ordre vous passez devant le compartiment des yearlings, puis devant 4 compartiments de veufs, pour finir par deux lots pour les pigeonneaux. Tout ceci est équipé de bandes roulantes, pour faciliter les soins en raison de l’emploi du temps très bousculé du maître des lieux. Derrière chaque casier de veufs, sur des volières à hauteur, sont logées les femelles correspondantes. Passer et enlever les femelles de veufs est ainsi d’une facilité enfantine, gage de gain de temps, de stress. A ne pas douter de superbes installations, très fonctionnelles.

IMG 20171021 144503 1  IMG 20171021 144220 1

Les 15 couples de reproducteurs sont logés à l’écart. Parmi eux, l’avenir marathon est confié à 4 couples estampillé ‘grand fond’. On retrouve là essentiellement 2 types d’origines : une locale, ayant fait ses preuves, les ‘Billaud Eric’, lignée de l’Olympiade’ Nibus Detalle et les Julien Nibus entre autre. La seconde origine a été trouvée chez Joost De Smeyter (lignée ‘Joost’, ‘Grand cru’, ‘Elsie’). A noter que cette dernière introduction semble prometteuse, avec déjà cette année une très bonne femelle qui a émergé.

De ces 15 couples naîtront un poil plus de 100 jeunes par an. Pourquoi un peu plus de 100 jeunes ? Franck est convaincu qu’en moyenne, on élève +/- 1 bon pigeon sur 10 élevés et un super sur 100 bagués. Si vous avez une bonne colonie… Donc, chaque année, 60 hâtifs sont bagués, puis 40 plus tardifs qui seront juste éduqués. Les contingents grand fond sont présents pour environ un quart de ces jeunes.

Ici, seuls les mâles sont joués. Franck se considère encore comme au tout début de sa carrière de grand fond, et va faire ses expérimentations au fur et à mesure de l’avancée des classes d’âge de ses voiliers spécialisés. Il n’en est pas encore à avoir une équipe valable de pigeons de 3 ans pour avoir une chance de se défendre correctement sur des courses comme Osnabrück et Assen (950 km +/- pour chaque). Pourtant, il a déjà un palmarès que beaucoup peuvent envier, avec entre autre un 1er national Wedemark dans les années 2000. Sa colonie de marathonien est juste en phase de construction, et ce qui suit est ce qu’il pense faire, pas encore un savoir, une conviction, forgés par une expérience de plusieurs années de jeu en grand fond avec une équipe potable.


Management

Les 40 yearlings sont joués au célibat, sans voir de conjointe. Ils font toute la ligne groupement de Charente-Maritime, jusqu’environ 550 km, pour emmagasiner un maximum d’expérience. La sélection se fait sur la fraicheur au retour, la capacité de récupération.

A 2 ans, les pigeons seront encore conservés sur des distances plus courtes, au maximum 650-700 km. L’objectif reste alors la prise d’expérience, tout en sélectionnant sur la capacité à moudre du kilomètre sans être marqué.

A 3 ans, les choses sérieuses pourront commencer avec la mise en loge pour des étapes longues distances (950 km ici pour Assen et Osnabrück), suite à la mise en forme sur les courses groupement et un arrêt total (sans coup de panier) de 3 semaines avant un enlogement. Cette année, les deux voiliers alignés sur Nijkerk ont été préparés sur les courses suivantes : Sainte Maure (175 km) ; Saumur (250 km) ; Le Mans (280 km) ; Sainte Maure (175 km) ; Saran (300 km) ; Gien (350 km) ; Vire (450 km) ; et enfin Saint Just (550 km). S’en est donc suivi 3 semaines d’arrêt et la course que vous savez.

IMG 20171021 143650 1

Pour les pigeons ‘all round’, la sélection est stricte, pour rester en place, il faut un minimum de 50 % de prix avec des ‘tops 10’ groupement (Charente-Maritime), et ce sur toute la ligne. Une année un peu moins bonne est tolérée cependant si des preuves suffisantes ont été données dans les années précédentes. Ce fut le cas pour le médaillé d’or sur Nijkerk, qui se prit une année un peu plus relaxe, avec moins de prix au cours de sa carrière.

Les femelles sont montrées au départ, et sont présentes à l’arrivée. Cette récompense au retour s’étale plus ou moins dans le temps en fonction de la difficulté de l’épreuve. Pour ce qui du contre-la-montre de Nijkerk, les femelles des deux sélectionnés ont été montrées… la nuit avant l’enlogement. C’est donc en pleine nuit que Franck a été attraper les femelles des 46108/12 et 6012/11 pour les leur porter. Au petit matin, il a été enlever les femelles pour ne pas trop perturber les co-locataires des 2 ‘As’ en partance pour Nijkerk. L’appétit des deux voiliers en partance n’a pas été augmenté par cette incursion nocturne, tout au contraire, et ils n’ont pas coûté cher en grain le dernier jour, contrairement à ce que nous voulons en préparation d’une telle épreuve. La paire de jours de convoyage avec apport de maïs qui s’en est suivi n’aura pas nui aux deux voiliers.

La nourriture est basée sur les mélanges de la gamme ‘Galaxy’ de chez Beyers (Light pour le retour, Sport, et Longuo pour les derniers jours).

Côté produits complémentaires, ce sont jusqu’ici des produits de la firme ‘Schroeder-Tollysan’ qui ont été utilisés, avec 2 jours de vitamines avant la mise en loge sur le grain, et, au retour, du ‘Récup Forte’ dans l’eau. Pour 2018, suite aux conseils de Joost De Smeyter, seront essayés les produits ‘Belgavet.

Côté traitement, la saison commence avec le vaccin PMV, et un ‘nettoyage’ de 6 jours contre la trichomonose, 3 semaines avant la première course. Au cours de la saison, tous les mois aura lieu un rappel de 2 jours également contre ‘la tricho’. Rien n’est fait contre les vers ou la coccidiose.


Epilogue

Voilà pour l’histoire du brillant vainqueur du Nijkerk contre-la-montre 2017, remporté par un As pigeons d’expérience, au sein d’une colonie grand fond en construction. On peut, sans hésiter affirmer que Franck et Nathalie seront des amateurs que nous allons retrouver dans les années à venir dans le haut des feuilles de classement de nos courses longues distances, vu le palmarès de la colonie, et la façon dont sont menées les choses ici. Le contraire serait surprenant.


Bon vent, encore bravo,

David Chassagne, octobre 2017