Tout amateur de grand fond a pu se dire, un soir ‘sans’, qu’il aurait mieux fait de faire autre chose que d’être resté toute la soirée les yeux rivés entre le colombier et le ciel. Quand, dans le même temps, les pigeons sont tombés chez plusieurs copains autour, vous vous couchez avec le goût amer de la plumée que vous venez de prendre et de la soirée que vous venez de perdre. On regrette alors de n’avoir pas su profiter de l’opportunité offerte par l’électronique, pour faire autre chose de sa très longue soirée. Et bien des fois, c’est l’inverse, on se dit qu’on aurait mieux fait de rester devant ses installations…

loquet2017 800x600 Copier

Libéré à 8 heures le vendredi 29 juin, le Agen international, n’aura pas cette année été une partie de plaisir pour les voiliers. En vieux, les français se taillent la part du lion, avec 8 pigeons dans le top 10, les 7 premières places, la victoire pour Jean-Paul Balcaen. Ce même amateur, qui place 3 pigeons dans le top 14, tandis que Michel Dubois en place 3 lui dans le top 11. De quoi faire grincer des dents au pays du berceau colombophile… Heureusement, en yearling, le raz de marée tricolore laisse, malgré 6 pigeons dans le top 10 un peu plus d’air aux autres pays, et surtout la victoire à un amateur Belge, Mr Vandemeulebroecke ; ouf, il était temps, d’autant qu’à moins de 6 petits mètres par minutes, le yearling de Claude Ledoux pointait déjà son nez pour, du coup, une seconde place internationale.


Vendredi 29 juin, 21 heures

Claude Ledoux officialise son premier yearling. Il a 745,479 km et cette arrivée lui permet la vitesse respectable de 955,579 mpm. Bien placé pour l’emporter aux vues des annonces au national voire à l’international ! La soirée s’annonce devant l’ordinateur pour suivre les annonces en arrière point…
 250014 Loquet Copier

Pendant ce temps-là, les yeux, un peu partout, s’usent à scruter le ciel. Qui aura le grâle ??? Marcel Loquet, lui, l’esprit en paix regarde aussi en l’air, mais vers sa télévision, qui surplombe son lit. Il a passé la tondeuse en fin d’après-midi, le terrain est nickel pour réceptionner les pigeons d’Agen. Son épouse, pendant ce temps a branché le constateur et les antennes. Comme une partie des colombiers sont éloignés, il a équipé ses installations de modules qui, une fois branchés, renvoient les données vers la centrale équipée de sonnette. Seulement, désagréablement dédaigneux pour les efforts faits par leur patron pour l’environnement du lieu d’arrivée, les 10 yearlings engagés pour Agen sont toujours loin de leurs pénates. Autant regarder un bon film que de se ronger les sangs au pied des installations. La fenêtre est quand même ouverte.

250180 loquet Copier
21h29’14’’

Mr Vandemeulebroecke officialise son premier yearling. Avec une distance de 777,755 km, il devance celui de Claude Ledoux d’un peu moins de 6 mpm : 961,1010 mpm. Joie d’un côté, petit pincement de l’autre, c’est le sport. Pendant que tout le monde continue à scruter les annonces, car il peut encore se passer pas mal de bouleversements, l’intrigue du film que regarde Marcel Loquet prends tournure ; vraiment, il n’a rien loupé. Ses voiliers auraient quand même pu se forcer un peu, même s’il ne s’agissait que des célibataires yearlings. Un petit effort pour le récompenser d’avoir mis le lieu de réception nickel aurait été le bienvenu. Mais rien, pas un coup de tromblon de la part du constateur, nada. Il a finalement bien fait de se détendre devant la télévision, plutôt que de perdre la soirée à s’arracher les yeux pour rien dehors.

260092 loquet Copier
22h23’21

Toujours rien côté sonnette, mais Marcel a vu une ombre passer devant la fenêtre. Choix difficile, l’intrigue du film avance et va bientôt prendre toute sa teneur, pas le moment de lâcher le morceau. Il signale quand même cette apparition à son épouse. Elle, n’a rien vu. Marcel pourtant en est quasi sûr « je te dis que j’ai vu quelque chose passer ». Marcel reste cependant fidèle à son film, après tout, des gens ont bossé assez dur pour le faire, autant leur faire honneur. Son épouse va voir quand même, cette ombre, si s’en était un ? Bizarre, car aucune sonnette n’a retentit, mais quand même, on ne sait jamais, ce serait dommage de louper quelque chose.

260288 loquet Copier

Elle revient peu après, effectivement, un pigeon est arrivé. Bon il s’agit de lâcher la télévision quand même, un bon bout de temps a déjà été perdu : du coup, constaté à 22h23’21, ce valeureux yearling ne sera finalement officialisé qu’à 22h28’30’’. Et oui, il ne faut pas trop traîner pour le mettre dans la boîte et ainsi le signaler. Avec une distance de 728,751 km, le 388878/17 est bon pour une vitesse de 839,0881 mpm, soit la 26ème place internationale yearling.

Sauf que, le 388878/17 sera classé juste derrière le 388883/17, 25ème international…. Dont le propriétaire n’est autre que….. Marcel Loquet !


‘Tombage’ de bras

C’est dans ces moments-là que les bras vous en tombent, que les sueurs froides vous envahissent, que le sol se dérobe sous vos pieds ; mais c’est fait : le constateur l’affiche, et il est trop tard pour réagir : le 388883/17 est en fait arrivé à 20h12’21’’ oui, voici plus de… 2 heures ! Là il faut avoir du sphincter de compétition pour rester complètement étanche. Officialisé dans les temps, ce voilier d’un an aurait réalisé une vitesse de 995,130 mpm. Même en perdant les 5 minutes perdues pour officialiser le pigeon comme ce fut le cas pour la constatation du 878/17, il était encore bon pour une vitesse de 988,383 mpm, donc encore bien devant le yearling qui l’empoche finalement à l’international. La fin de l’intrique du film s’éloigne quand même de votre esprit en ces moments-là, alors que grandit un moment de solitude intersidéral. La pouasse, la super pouasse intergalactique a frappé. La petite antenne qui fait le relais, vers le constateur n’a pas été branchée, donc pas de renvoi de données d’enregistrement, donc pas de coup de sonnette, donc pas de confirmation avec le constateur manuel, donc…. pas de victoire internationale. Ça n’arrive pas le jour où vous prenez une brosse, non, c’est le jour où votre pigeon déchire tout, vous offre le rêve ultime. Mais, c’est fait, le règlement est le règlement, se rendre malade n’y changerait rien, un jour à vérole et puis c’est tout. Quand ce n’est pas le jour, ce n’est pas le jour. La vie continue, bien des choses sont plus graves que ça rétrospectivement, mais bon, si... et bien non. Ce sera pour une autre fois, d’autant que notre homme a déjà plusieurs fois fleureté avec le grâle international, il faudra juste patienter encore un peu.

299347 loquet Copier
388883/2017

Quand même, sans rien retirer aux autres qui sont officiellement devant, et non vraiment pas démérité, c’est le jeu, ce yearling mérite bien quelques lignes. Il vient de la souche des ‘bleus’ qui est devenue une base du colombier ces vingt dernières années. Comme le bague en or d’il y a 15 ans, comme le 413338/15, 6/6 en deux ans, et 3ème As pigeon national plus de 750 km, et comme pas mal d’autres ‘supers’ du colombier.

413338 loquet Copier

Le ‘Barcelone 2’ et le 1er National Tarbes sont aussi de cette ‘sorte’. Ce n’est pas pour rien, si cette sorte constitue la solide base des installations. Le frère du 883/15, le 383851/17 boucle d’ailleurs sa saison avec un 2/2 dans les internationaux en faisant prix sur Agen et Narbonne 2018. Il ne vient donc pas de pigeons de clochers, et un tel niveau de performances pour notre homme n’est pas non plus un coup heureux du sort. Le 883/17 par contre n’est lui jamais revenu de Narbonne. On ne saura jamais ce qu’il lui est arrivé, ni ce qu’il aurait donné ensuite, c’est aussi ça notre sport parfois, quand le pigeon est dehors, tout est possible, le meilleur comme le pire, nous n’avons plus la main dessus.
 391658 loquet Copier

Notez aussi que le 883/15 était parti premier marqué sur la feuille d’enlogement. Il était, toute l’équipe était très bien en main au moment de partir, mais le 883 était dans un état vraiment exceptionnel, d’où cette pôle position sur le papier. Là, c’est au maître qu’il faut rendre hommage, il n’aura pas tout loupé sur ce coup-là. Remarquez, 25ème et 26ème international, on loupe parfois bien plus que ça.
 410020 Loquet Copier

Cette saison, il avait, lors des étapes préparatoires, fait 26/2324 p. à Saint Junien, et 48/1964 p. à Sigogne. Son frère, a donc lui fait prix sur Agen et Narbonne.


Année faste

2018 n’aura pas été une trop sale année pour notre champion. Il gagne cette année les titres de 3ème et 7ème As pigeons nationaux ‘500-750 km’, de même que les 3ème et 7ème As pigeons nationaux ‘plus de 750 km’. Son 338/15, sus-cité, empoche aussi le 2ème national sur Pau 2018. Il a été omniprésent toute la saison. Avec son compère Joël Michenet, il empoche aussi la première place du ‘championnat français marathon par équipe’. On re-signerait à moins pour une telle saison… sans la télévision certains soirs quand même.
 413332 loquet Copier

Cette colonie avait déjà engrangé de nombreux titres d’honneur lors des saisons passées, et 2018 n’est pas le fruit d’un hasard ponctuel.


Colonie

Marcel a 20 couples de reproducteurs, mais tire sur tous ses voyageurs en début de saison. Souvent, il est vrai, un crack est issu de yearlings.
 413338 loquet Copier

Ceux sont donc 200 jeunes +/- qui sont bagués chaque année. Les pigeonneaux sont joués sur des courses allant parfois jusque 4-500 km. Tout ce qui reste et demeure ensuite en bonne santé est conservé. Aucun pigeon n’est éliminé avant la fin de la saison de 2 ans. Ses voiliers sont assez longs à se former, et il faut leur laisser leur chance.

Seuls les mâles sont joués, au veuvage classique, alors que certains yearlings, comme le 883/17 l’a été, le sont au célibat. Ils garderont la même femelle toute leur carrière.
 413371 Loquet Copier

En yearlings, ils font les courses préparatoires puis Narbonne comme test. Certains ont fait Agen et Narbonne cette année. Le 878/17 par exemple, second yearling sur Agen fait également prix sur Narbonne, de même que le frère du 883/17 et un autre de leur compagnon de colombier ; soit 3 pigeons à 2/2 cette année.

Les vieux sont joués entre 2 et 3 fois chaque saison sur les internationaux. Il faut, à partir de 2 ans, faire prix pour rester. Ne sont comptabilisées pour le tri que les courses CALC (au-dessus de 500 km) et internationales. En dessous, c’est de la mise en jambe.
 413404 loquet Copier

Cette saison 2018 a certes été faste pour notre homme, mais, certaines courses ont connu des conditions météorologiques compliquées, rendant le retour vraiment très difficile pour les voiliers. Ceci a entraîné une réflexion chez notre homme, aidé par l’œil avisé de son épouse, et dorénavant, lors de courses vraiment trop difficiles, le programme prévu pour la fin de saison sera allégé pour les voiliers. Le but est de durer, pas de tout griller sur une saison. 2 difficiles courses internationales sont parfois suffisantes par an.

Les voyageurs sont accouplés généralement vers la fin décembre pour élever une paire de jeunes, sans que la re-ponte ne soit autorisée. Quand ils ont 15-16 jours, un jeune part avec les femelles au colombier de jeune pour finir l’élevage, l’autre est conservé au casier avec le père. En début de saison, ils pourront à nouveau faire un nid et couver 4-5 jours ; ensuite c’est le passage au veuvage pour la saison. Les femelles ne sont souvent pas montrées au retour, mais à partir du milieu de saison, avant de partir, pour un temps très bref. Il n’entraîne pas entre deux courses, et jusqu’aux épreuves du CALC, ils n’ont droit qu’à une volée par jour. Dès que les 500 km sont abordés, c’est deux volées quotidiennes. Ceci peut redescendre à une seule en cas de trop forte chaleur le soir comme ce fut le cas cette saison, où les voiliers n’en voulaient pas beaucoup lors de la volée du soir. Autant alors les laisser dans leur case.


Préparation

Les pigeons sont lancés sur 2 courses de vitesse puis ensuite 2 courses de demi-fond (280-300 km). C’est alors qu’ils commencent à voir un peu les femelles au retour. Sont ensuite abordées les courses du CALC (5-600 km), comme Saint Junien, Treignac, Brive, etc. Les voiliers font ainsi 3-4 fois de telles étapes avant d’être lancés sur les internationaux.
 413471 Loquet Copier

Côté nourriture, Marcel est un fervent partisan du maïs et des petites graines, notamment du chènevis. Au retour, les voiliers ont du Beyers® ‘Fond Olympic’, pour notre ami, il s’agit du meilleur mélange sur le marché. Le lendemain du retour, selon ce qui reste, du dessert sera servi. Quand les pigeons ont repris, il passe au mélange léger. Sa préférence va alors au Vanrobaeys® ‘dépuratif Casaert’. Ceci peut aussi se passer sous forme de mix moitié bon mélange, moitié dépuratif. Le mélange est ici servi quasi à volonté, la ration du lendemain est aussi un peu évaluée en fonction de ce qui reste dans la mangeoire.

Les derniers jours, ils auront à nouveau du ‘Fond Olympic’, additionné de dessert, de chènevis et de cacahouètes. Notez que par saison, ce n’est pas moins d’un sac de 25 kg de cacahouètes qui est distribué. C’est la dureté pressentie de l’épreuve visée qui va guider notre homme dans la quantité donnée pour charger les valises de façon optimale. Il n’y a pas de systématique. Internet, et divers site météo sont alors minutieusement observés pour évaluer l’effort que devront fournir les voiliers sur le retour.


Traitements, produits complémentaires

Devenu, au fil du temps, ami avec le Dr de Weerd, Marcel Loquet reste fidèle aux produits ‘Belgica de Weerd’, et ce depuis une bonne vingtaine d’années.
 413478 Loquet Copier

Bien entendu, ils sont vaccinés contre la PMV, devenu obligatoire. Par contre, l’an prochain, cette vaccination sera faite 2 fois à 1 mois d’intervalle, pour les jeunes comme pour les vieux.

Suite au sevrage des jeunes en début d’année, toute la colonie est traitée avec du ‘BS’ qui agit essentiellement contre la trichomonose et la coccidiose. Avant la saison, il porte quelques oiseaux chez le Dr de Weerd à Breeda pour des analyses complètes.

Si parfois de la tricho est retrouvée, par contre, depuis une bonne dizaine d’années, aucune trace de vers, ne l’a été. Donc aucun traitement contre ceci n’a été fait depuis.

Pour le reste, en saison, des rappels sont fait pendant un ou deux jours selon les besoins avec les produits appropriés. Il faut alors être attentif au déroulement des volées, à la condition globale des voiliers. Un truc, par exemple, comme le grattage de nez, amène rapidement notre champion à ouvrir une boite pour remédier au problème. Il ne faut pas, en saison, laisser le vers entrer dans le fruit.

En fin de saison, il s’agit aussi de nettoyer les oiseaux de ce qu’ils ont pu ramener de leurs périples, et les laisser passer une bonne mue et une intersaison sans soucis. Tous les pigeons reçoivent donc une douzaine de jours de traitement contre la paratyphose ; ils sont ensuite vaccinés.
 242098 Loquet Copier

Pour ce qui est des produits complémentaires, même chose, confiance totale est faite aux produits ‘de Weerd’. On ne peut alors passer outre les fameuses électrolytes ‘Belgasol®’.

Des vitamines sont également données en saison. Comme pour la nourriture, ces apports se feront en fonction des conditions annoncées, suite à un examen minutieux des prévisions météorologiques.

Notre ami, porte en parallèle une attention vraiment particulière à ce qui demeure pour lui une des clefs dans notre sport : la récupération. Il s’agit là d’un moment des plus importants que certains négligent trop. Les voiliers doivent être remis sur pieds aussi vite que possible et dans les meilleures conditions possibles. S’il y a bien un moment pour en prendre soin, c’est celui-ci.

262152 Loquet Copier
La petite fille

Une qui peut regretter aussi la ‘soirée télé’, c’est la petite-fille de Marcel et Michelle. En effet, il s’est toujours dit que s’il gagne un 1er international un jour, et si un bon prix lui en est proposé, il le vendrait pour donner l’argent à leur petite-fille.
Vous vous direz, ça fait 2 ‘si’ de bonne taille, c’est vrai. Pourtant là, au moins un des deux était dans la poche cette saison à un petit branchement près. ‘Le coup passa si près que le chapeau en tomba’. Effectivement, le chapeau a bien du tomber un peu un certain soir d’Agen 2018. Gageons qu’il tombera pour de toutes autres raisons, un de ces soirs d’une saison à venir pour le plus grand plaisir de deux grands-parents et leur petite-fille, chacun pour ses propres raisons. Les grosses répétitions ne se font que pour que la fête soit plus belle. Câblez-vous bien, veillez bien les fenêtres des colombiers, et nous pourrons bientôt assister à la fête tant attendue.


Bon vent,

David Chassagne, novembre 2018