MARATHON CLUB DU GRAND CENTRE

             "Des pigeons d'exception pour des hommes de passion"

French Afrikaans Albanian Arabic Armenian Azerbaijani Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Filipino Finnish Galician Georgian German Greek Haitian Creole Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Irish Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Macedonian Malay Maltese Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swahili Swedish Thai Turkish Ukrainian Urdu Vietnamese Welsh Yiddish

HERBOTS Eric : l'homme qui ne jure que par Barcelone !!!

Voilà un article sous une forme sous laquelle je n'ai pas l'habitude de travailler. Ce n'est pas un article construit sur la base d'un plan mais un récit d'une visite spéciale chez un colombophile spécial... Cet article porte sur HERBOTS Eric, un nom que vous avez sans doute déjà lu a plusieurs reprises sur la première page du classement International de Barcelone.

L'été dernier, je me rendais à titre personnel, et pour le compte de mon article, chez Eric HERBOTS à Zoutleeuw. J'avais lu des articles le concernant et cela m'intriguait. Je voulais voir de mes propres yeux ce que les autres avaient écrit. Voir ce qu'ils entendaient par « rustique », entre autre. C'est une visite qui restera a jamais gravé dans ma mémoire, autant pour le personnage, que pour les pigeons, et la manière de les gérer. Qui ne connaît pas Eric et sa manière d'être et de faire, et ne le juge que par le nombre de pigeons qu'il joue, émettra à 200 % un mauvais jugement ! Mais qui connaît Eric, ou s'est déjà rendu chez lui, sait que c'est un bon gars, fort sympathique, brut de décoffrage et qui gère ses pigeons de manière atypique, avec ses principes et un seul objectif : GAGNER BARCELONE INTERNATIONAL !

 

eric avec primus inter pares

 

Eric HERBOTS, c'est 20 fois TOP 100 National sur les 10 dernières éditions : 5, 6, 10, 22, 32, 33, 36, 45, 45, 48, 58, 63, 65, 70, 77, 81, 82, 83, 85, 93, 98... parmi une moyenne de 12.200 pigeons. En gros, faire TOP 100 en Belgique sur l'étape catalane, c'est taper dans le premier 0,80 % ! Et ça, c'est bien la seule chose qui intéresse Eric. Il a plus d'intérêt pour un TOP 100 National, que pour un pigeon primus inter pares. En parlant de cette distinction, Eric l'a remporté en 2011 avec une belle petite femelle écaillée BE-2192863-05 avec les prix suivants : 17/12641 (2010), 107/12612 (2007), 138/11484 (2008), 837/12170 (2011), 1468/13503 (2009). Les seuls en Belgique à avoir réalisé la même quantité de TOP 100, sont les frères SCHREURS Marc et Patrick de Niel Bij As.

Retour sur ma journée du 20 juillet 2013. Objectif de la journée : rendre visite à Eric HERBOTS et prendre en main ses 6e et 46e national Barcelone 2013, puis aller chez Burkhard HELLER récupérer 10 mâles fraîchement sevrés, issue de ses femelles pour Barcelone, pour les jouer chez moi, en Alsace, en 2014. Arrivée à Zoutleeuw vers 10h. En face de chez Eric habitent les MATTERNE, qui s'occupent des pigeons de KITANO Masao. Le 10 juin 2013, cette équipe avait remporté le 1er National Châteauroux parmi 22.249 pigeons, et un mois plus tard, le 10e National Barcelone, parmi 10.542 pigeons avec un pigeon 100 % de leur voisin, Eric HERBOTS. J'arrivais chez Eric en même temps que la horde de pigeonneaux de Monsieur KITANO rentrait d'un concours. Il était impressionnant de voir quelle quantité de pigeon affluait vers les colombiers, et à quelle vitesse l'un succédait à l'autre. Eric m'a très vite ramené à SA réalité « viens on va boire un café, c'est bien mieux que de compter ces pigeons d'autoroutes ». En une phrase, j'avais cerné ce personnage atypique. Et je n'étais qu'au début...

Nous voilà devant une bonne tasse de café, dans la véranda de la famille HERBOTS, Eric lancé dans une longue discussion dans laquelle un mot sur dix était « Barcelone », et où moi, acteur passif, écoutais avec attention les paroles d'Eric, joueur expérimenté et titré de l'étape catalane ! Après quoi, nous sommes sortis. S'ensuit un temps d'arrêt, avant de passer la barrière de la prairie sur laquelle on trouve des moutons, des oies, des poules et plus de 80 mètres de colombiers...pour entendre ses douces parole d'Eric : « bon, je te préviens, ici c'est pas comme ce que tu as pu voir ailleurs, ici c'est chez moi, ici c'est la nature, OK ? ». J'ai très vite compris ce qu'il voulait dire.

 

1er arrêt : Colombier des vieux pigeons joués sur Barcelone - Perpignan

eric herbots colombier barcelone


En guise de toit, de la tôle ondulée. Sur la face arrière du colombier, des planches vissées les une au-dessus des autres, avec des interstices permettant des passages d'air, font office de mur. La face avant, de la même conception que celle arrière, hormis le fait que, sur le dernier quart en haut, il y a du grillage à la place des planches. Les faces latérales sont, quant à elles, fermées et étanches. A l'intérieur, ça et là, des casiers, des perchoirs, des planches inclinés sous lesquelles niche l'un ou l'autre couple. Se promènent des mâles et femelles rescapés de Barcelone et leurs petits. Ça et là, des nids avec des œufs, pour certains certainement pourris. On trouve aussi des palettes pour éviter au propriétaire, à ses soigneurs ou à ses hôtes de marcher sur une partie de plancher qui pourrait à tout moment s'affaisser ou céder. Pas un centimètre carré de sol sans fientes. Sous les perchoirs, des monticules de fientes. Cela devait faire quelques mois, voire un an, que ce colombier n'avait pas été nettoyé. Cependant, vu tout l'air qui y circulait, il était sec et les pigeons avaient l'air de s'y sentir bien et d'être en bonne santé. Pas un seul pigeon en boule, tous tout brillant et une « folle » ambiance. A ma première prise en main, avant de m'arrêter sur les critères physiques, j'ouvre le bec du pigeon. Eric s'en rend compte, esquisse un sourire et s'en va m'en attraper un second. Et moi perplexe, me rend compte que ce pigeon n'avait ni rougeur, ni dépôt blanchâtre ou jaunâtre et était a priori en très bonne santé, qu'il avait un plumage très soyeux et tous les attributs physiques dont on peut rêver. En fait, je tenais dans mes mains « New Barca », 9e National As Pigeon Barcelone 2012-2013. A la deuxième prise en main, même constat : bonne santé, beau physique. Comme quoi les pigeons sont moins difficiles et capricieux qu'on pourrait penser ou qu'on pense tous bien trop souvent.

 

2e arrêt : Colombier des yearlings joués sur Saint Vincent Yearling - Perpignan

 

eric herbots colombier yearling

Ce colombier ressemblait un peu plus à un colombier que le précédent, dans sa construction. La face avant était aux trois quarts en grillage. A l'intérieur, même topo que dans la description précédente. Une espèce d'ambiance de chaos, ou la nature a sans conteste pris le dessus, mais où les pigeons ont l'air de bien se sentir. Eric va m'attraper une jeune femelle, qu'il souhaite enloger sur Perpignan. Je la prends en main et constate qu'elle est parfaite dans l'équilibre, le plumage et le muscle. J'ouvre son aile et me rend compte que c'est une tardive de 2012 qui vient de jeter ses 3e et 7e rémiges en même temps. Je l'indique à Eric, qui me répond « Et ? Je lui demande pas de faire prix. ...Si elle est aussi bonne, que belle, elle rentrera déjà... et si elle rentre, elle aura la chance d'aller à Barcelone, l'année prochaine ».

 

3e arrêt : colombier dans la grange de sa mère (voisine d'Eric)

C'est là qu'il hébergeait au moment de ma visite les 6e et 46e National Barcelone 2013. Nous voilà donc à un des moments que j'attendais : prendre en main des cracks confirmés. Un mâle, une femelle, tous les deux écaillés, tous les deux dotés d'un plumage très soyeux et d'une musculature de rêve. A noter que ces pigeons ne sont ni trop grands, ni petits. Ils sont je dirais de taille « moyen+ ». Autre point important, leur vitalité, très forte, pour le coup. J'ai demandé à Eric si ces pigeons allaient rester chez lui. Sa réponse « bien sur ! Il y a un japonais qui était venu avec une mallette pour me les acheter. Je lui ai gentiment dit que sur MON terrain c'est MOI qui déterminais les prix et que sa mallette il pouvait la ramener chez lui...pleine de billets, car MES pigeons ne sont pas à vendre ! ». Vu ce que j'ai pu voir d'Eric, ça ne m'étonnerait qu'à moitié, qu'il ait dit cela mot pour mot, au japonais. D'après Eric, ce genre de crack doit être conservé et doit migrer à la reproduction immédiatement. Qu'une partie de leurs progénitures soit exportée vers le Japon, il n'a rien contre, mais les extra voyageurs restent tous à Zoutleeuw. Ces deux cracks iront donc à la reproduction rejoindre « Clementkte » (1.National Saint Vincent 06'),

 

clementkte 1 nat barcelone 2006

 

ou encore « Gebroken Pootje » (33 & 36.National Barcelone), « Lana » (As Pigeon Barcelone 2002-2007), la « 863 » de 2005 (As Pigeon Barcelone 2007-2011), etc !

 

gebroken pootje 3336 nat barcelone

 

Entre la grange sur la propriété de sa mère et les colombiers sur son terrain, il y a bien trente à quarante mètre de prairie. C'est là qu'en hiver, les pigeons sont de temps en temps nourris à même le sol, autant ceux hébergés chez sa mère, que ceux logés dans ses différents colombiers de jardins. Quand je disais plus haut que la nature avait pris le dessus, vous en avez la confirmation. D'après Eric, il y aurait des amateurs locaux qui l'hiver se déplacent rien que pour voir les pigeons chercher leurs grains dans la prairie. Tout l'hiver, qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente, les pigeons HERBOTS sont dehors. Des problèmes de rapace ? Oui ! Mais d'après Eric les pigeons s'y habituent et retrouvent très rapidement un instinct naturel qu'enfermés, ils perdent avec le temps. Finalement, il ne perd que peu de pigeons, même si une majorité d'amateurs locaux laisse leurs pigeons enfermés durant cette période.

Sur le chemin du retour de la grange maternelle vers sa propriété, je lui pose la question suivante : « il t'arrive d'aller chez le véto ? ». Sa réponse : « Oui ! Pour le chien » ! Il m'explique ensuite que, chez lui, la nature fait le gros du tri. Je m'explique : ses reproducteurs disposent de grandes volières, de grands volumes de colombier, de bonne nourriture et du nécessaire en eau et en minéraux. En dehors de ça ? Rien ! Pas de médicaments, pas de chimie ! Juste le vaccin obligatoire contre la PMV. Qui a l'élevage montre un signe de faiblesse, pigeonneaux ou reproducteur, est éliminé. Les pigeonneaux sont aussi hébergés dans de grands colombiers, avec beaucoup d'oxygène. Là, pareil : nourriture, eau et minéraux ! A l'intérieur du colombier des pigeonneaux, c'est exactement comme chez les vieux pigeons (cf. description quelques lignes plus haut). Les faiblards meurent d'eux même ou, pour alléger leurs souffrances, sont éliminés par le maître des lieux. Qui passe ce cap et atteint l'âge d'un an a un système immunitaire hors du commun. Et qui passe à la reproduction a au minimum un voire deux TOP 100 sur Barcelone ou une victoire nationale sur Saint Vincent ou Barcelone, et est donc résistant et performant naturellement. Le seul traitement qu'Eric administre à ses pigeons est un traitement global trichomonose, coccidiose et hexamites, pendant une semaine, à partir de deux semaines avant les enlogements de Barcelone et Saint Vincent Yearling.

 

remorque entrainement


En résumé la méthode HERBOTS Eric c'est : des colombiers avec de grands volumes d'air, beaucoup d'oxygène, pas ou peu de chimie, peu de travail, des pigeons dehors toute l'année qu'importe la météo, un environnement proche de la nature et une sélection naturelle « manuellement assistée ». Pour résumer « marche ou crève » ou « ça passe ou ça casse » !!!, autant d'expressions qui collent avec le système d'Eric.

 

Comment Eric prépare-t-il ses pigeons pour Barcelone et Saint Vincent Yearling ?
Là encore, la méthode est simple. En pigeonneaux, il n'y a pas de concours. La première sélection se fait sur la santé. Les jeunes sont ensuite dégrossis avec des entraînements personnels. A 1 an, les pigeons sont joués sur les concours de club de 100 et 200 kilomètres puis cinq fois à 300 km et une fois à 400 km, puis Saint Vincent International Yearling (950 km) le même jour que Barcelone (1080 km). A partir de l'âge de 2 ans, les pigeons sont joués sur Barcelone avec la même préparation que les 1 an. Le début de saison se fait au veuvage total, puis 6 semaines avant Barcelone, tous les voyageurs sont mis en ménage pour être joués sur un jeune de 5 jours sur Barcelone pour les vieux et Saint Vincent pour les 1 an. Les deux dernières semaines avant Barcelone et Saint Vincent, les pigeons sont entraînés tous les jours à 80 kilomètres. Ces entraînements quotidiens les obligent à voler quotidiennement entre 1h00 et 1h30, les 15 derniers jours avant l'enlogement pour le grand rendez-vous annuel. Cela oblige également le propriétaire à attraper en moyenne 250 à 260 pigeons dont environ 50 % pour Barcelone et 50 % pour Saint-Vincent. En 2014, par exemple le 1er juillet au soir, après l'enlogement pour Saint Vincent, il n'y aura plus que les reproducteurs et les pigeonneaux à Zoutleeuw !!! Eric a constaté que les 1 an qui tapaient en tête sur Saint Vincent, réitéraient souvent l'année suivante sur Barcelone. La suite dépend du programme et de la rudesse du concours. Il y a quelques années, les yearlings faisaient deux fois Saint Vincent ; aujourd'hui, certains d'entre eux sont joués sur Perpignan. Les vieux font en général Perpignan après Barcelone. Mais, comme par exemple en 2013, où Barcelone a été très éprouvant, tous les vieux ne sont pas allés à Perpignan.

Quel sont les origines des pigeons d'Eric ?
A ses début en grand fond, il y a moins de 15 ans, il se rendait régulièrement chez Bert VAN BREE de Meyel, pour y acheter des pigeons et apprendre à jouer aux pigeons. Les pigeons Bert VAN BREE sont des pigeons d'origine AARDEN. Lorsqu'en 2003, Bert VAN BREE décide d'arrêter de jouer aux pigeons, Eric rachète toute la colonie de MEYEL. Aujourd'hui 90 % des pigeons HERBOTS sont des VAN BREE. Tous les bons voyageurs sont conservés et mis à l'élevage à Zoutleeuw. Par bon voyageur, Eric entend un pigeon qui sait taper en tête sur Barcelone soit TOP 100, soit proche du TOP 100. Un seul coup d'éclat ne suffit pas. A Zoutleeuw, il faut confirmer ! Les extra voyageurs ne sont jamais vendus, car ce sont eux qui vont assurer la pérennité de la colonie. Lorsqu'il y a nouvelle introduction à Zoutleeuw, ce sont des pigeons qui ont déjà prouvé qu'ils savaient voler Barcelone avec succès (Exemple : la « Lana » de Wilfried STIEL, As Pigeon Barcelone NL 2002-2007), ou alors des jeunes issus d'élevage en commun, avec des extra voyageurs d'Eric accouplés à des semblables de colombiers amis.

 

eric herbots colombier reproducteurs

 

 

Aujourd'hui, à l'heure de ma conclusion, j'ai lu un article dans une revue allemande concernant le néerlandais Willem VAN DER VELDEN, un autre spécialiste de Barcelone. Lui aussi a une technique bien à lui, qui se rapproche très fortement de celle d'Eric. L'hygiène est au second plan, la nature et la simplicité ont pris le dessus, et le colombophile exige de ses pigeons une résistance naturelle hors norme. A croire que pour bien jouer Barcelone il faut passer par là, ou alors que trop souvent on se prend la tête à vouloir bien faire en hébergeant nos pigeons dans des colombiers aseptisés, en leur donnant X mille compléments alimentaires, en les emmenant chez le vétérinaire, sans oublier les petites cures à l'aveugle, « au cas où... » ! Pour clôturer ce paragraphe, je vais reprendre une phrase, non pas du personnage au centre de cet article, mais du champion et rédacteur allemand Wolfgang THOMANN : « n'oublie jamais que, pendant une semaine avant le lâché de Barcelone, les pigeons mangent du maïs dans leur merde... » !

A l'heure où le commerce colombophile bat son plein, où l'industrie pharmaceutique et les fabricants de compléments alimentaires ne manquent pas d'imagination pour nous trouver encore et encore de nouveaux produits... ce petit article... pour nous montrer que jouer, comme cela se faisait à l'époque, où la simplicité, l'observation et la sélection, étaient reines des débats, ça marche encore et ça marchera toujours !

 

Yannick UNGERER le 22/05/2014